Et si nous nous laissions bercer ?

Certes l’époque où nous nous laissions bercer dans les bras de nos parents est plutôt lointaine … En général, ce petit mouvement de balancier favorisait notre endormissement. Des scientifiques suisses se sont demandé si ce bercement ne pouvait pas nous être profitable bien après cette période. Pour leur étude, ils ont convié des adultes en laboratoire et les ont bercés. Quels ont alors été les effets sur leur sommeil et sur leur mémoire ?

Dès 2011, Laurence Bayer et ses collègues ont mis en évidence les possibles avantages d’un léger mouvement de bascule sur l’endormissement, lors d’une sieste. Dans cette nouvelle recherche dirigée par L. Bayer et S. Schwartz, il s’est agi de consolider ces résultats en étudiant si ces effets positifs pouvaient être effectifs sur un temps de sommeil plus long.

18 jeunes adultes (âge moyen = 23 ans) ont été recrutés pour passer 3 nuits dans un laboratoire. L’équipe de scientifiques du département des neurosciences (Université de Genève, Suisse) ont observé leurs habitudes de sommeil et ont analysé leurs ondes cérébrales. La première nuit ne « comptait » pas ; les sujets se sont simplement approprié les lieux. Pour les deux nuits suivantes, ils ont été répartis, dans un ordre aléatoire, soit dans un lit « normal », soit dans un lit à bascule (le doux bercement latéral était réalisé à l’aide d’un moteur).

Les résultats montrent que les participants bercés n’ont pas dormi plus longtemps que les « non bercés ». En revanche, ils se sont endormis plus rapidement, leur phase de sommeil profond a été plus longue et les micro-réveils ont été moins nombreux.

Ensuite, comme la qualité du sommeil est considérée d’une importance cruciale pour les processus de la mémoire, l’équipe de recherche a souhaité savoir si ce meilleur sommeil avec bercement avait une influence sur la consolidation de la mémoire déclarative (explicite). Pour évaluer celle-ci, les scientifiques ont demandé aux participants d’apprendre des paires de mots la veille au soir pour les restituer le lendemain matin. Ils ont constaté que les personnes qui avaient été bercées toute la nuit réussissaient mieux les tests. L’électroencéphalographie (EEG) a montré que le mouvement de balancement continu a permis de synchroniser l’activité neuronale dans les réseaux thalamo-corticaux, qui jouent un rôle important dans la consolidation du sommeil et de la mémoire.

Cette recherche contribue à consolider les pistes pour le développement d’approches non médicamenteuses dans le traitement des troubles du sommeil, de l’humeur et de la mémoire. Les auteurs indiquent que les travaux à venir devront explorer les structures cérébrales plus profondes et plus précises impliquées dans les effets du bercement sur le sommeil.

Bientôt, peut-être que le hamac ou le rocking chair seront prescrits pour que nous dormions (à nouveau) comme des bébés…
Source : Aurore A. Perrault, Abbas Khani, Charles Quairiaux, Konstantinos Kompotis, Paul Franken, Michel Muhlethaler, Sophie Schwartz, Laurence Bayer, « Whole-Night Continuous Rocking Entrains Spontaneous Neural Oscillations with Benefits for Sleep and Memory », in Current Biology, janv. 2019

Fermer
Identification

Veuillez saisir votre adresse e-mail ci-dessous:

LoadingVeuillez patienter... Chargement...
Fermer Connexion
Mot de passe oublié

Veuillez entrer l'adresse e-mail associée à votre compte HAPPYneuron.
Les instructions pour réinitialiser le mot de passe seront transmises à cette adresse e-mail.

LoadingEnregistrement des données...
Fermer
Connexion

Il semblerait que vous ayez égaré votre mot de passe, que souhaitez-vous faire ?

Fermer
Inscription gratuite

Découvrez la méthode HAPPYneuron pendant 7 jours, gratuitement et sans engagement.

*
*
*
*
*
*
En cliquant sur le bouton ci-dessus, vous acceptez les Conditions d'utilisation.
* Champ obligatoire
Conditions d'utilisation
Fermer
Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement deux fois par mois les découvertes les plus intéressantes sur le cerveau et nos offres spéciales.