Plus je vieillis, meilleurs sont mes amis ?

C’est apparemment un fait : en vieillissant, nous avons tendance à être de plus en plus sélectifs en amitié ; c’est-à-dire à privilégier nos cercles d’amis de confiance et des relations positives. Selon une étude menée par des primatologues et des psychologues de l’Université de Harvard (Etats-Unis), les chimpanzés adopteraient ce même comportement. Et si nos « ancêtres » nous aidaient à mieux comprendre cette sélectivité sociale qui pourrait contribuer à un vieillissement en bonne santé ?

Des recherches ont déjà mis en lumière l’importance des liens sociaux tout au long de la vie ; ils peuvent notamment contribuer à l’amélioration de notre santé cognitive. Et chez les humains, la vieillesse se caractérise par une sélectivité croissante pour des interactions sociales positives et étroites déjà établies. Cela s’explique notamment par un biais de positivité, qui à mesure que nous prenons de l’âge, nous « incite » à accorder une plus grande attention aux « informations socio-émotionnelles positives et un engagement réduit dans les tensions et les conflits ». Selon les auteurs : « l’origine de ce modèle de vieillissement est donc un enjeu central à la fois pour les perspectives d’évolution sur le parcours de vie et pour la promotion du bien-être dans la vieillesse . » Si cette sélectivité socio-émotionnelle peut s’expliquer par un rapport au temps différent (l’avenir est perçu comme expansif quand on est jeune), cela ne suffit pas à l’éclairer totalement.

Afin d’en savoir plus sur ce recentrage du cercle amical à mesure que l’on vieillit, Alexandra G. Rosati et ses collègues ont décidé d’observer si ce phénomène était présent chez les chimpanzés sauvages, l’un de nos proches parents. L’étude s’appuie sur près de 78000 heures d’observations, étalées sur près de 20 années. En effet, entre 1995 et 2016, dans le parc national de Kibale (Ouganda), ont été observées les interactions sociales d’une communauté composée de 21 chimpanzés mâles âgés de 15 à 58 ans, avec une moyenne de 10,6 ans de données par individu et 141,6 jours par an. Si l’étude s’est concentrée sur les chimpanzés mâles, c’est qu’ils ont une propension à créer des liens sociaux plus denses et à les mettre en évidence plus fréquemment que les femelles.

Qu’ont observé les scientifiques ? En vieillissant, les chimpanzés passent de plus en plus de temps à faire leur toilette avec les congénères avec qui ils ont déjà noués des relations mutuelles. De plus, si les chimpanzés plus âgés aiment rester seuls plus longtemps, ils entretiennent tout de même des interactions périodiques avec des « amis » établis qui présentent un comportement similaire au leur. Ainsi, les chimpanzés vieillissants ont davantage d’amitiés mutuelles caractérisées par des investissements élevés et équitables (0,6 amis unilatéral et 3 amis communs chez les 40 ans), tandis que les jeunes mâles ont des relations plus unilatérales (2,1 amis unilatéraux et 0,9 amis communs chez les 15 ans).

L’analyse des données a donc permis aux chercheurs de constater des similitudes entre les humains et les chimpanzés à mesure que ces deux espèces vieillissent. Selon eux : « les hommes plus âgés sont plus susceptibles d'être seuls, mais ils se socialisent également davantage avec des partenaires sociaux importants. De plus, les hommes montrent un changement relatif d'interactions plus agonistes, plus positives et affiliatives au cours de leur vie. » Autrement dit, en vieillissant, nous recherchons la paix et la tranquillité (ce que les auteurs considèrent comme un biais positif).

Ce que pointent Alexandra Rosati et ses collègues est le fait que les chimpanzés adoptent des comportements similaires aux humains au niveau de leurs sélectivité sociale, alors que contrairement à ces derniers, ils n’ont a priori, pas conscience de la mort. Une autre explication que celle du rapport au temps doit donc être envisagée…
Source : Alexandra G. Rosati, Lindsey Hagberg, Drew K. Enigk, Emily Otali, Melissa Emery Thompson, Martin N. Muller, Richard W. Wrangham, Zarin P. Machanda. « Social selectivity in aging wild chimpanzees », in Science , oct. 2020 // Site The Harvard Gazette : « Why do we get so picky about friendship late in life ? Ask the chimps » - https://news.harvard.edu/gazette/story/2020/10/aging-chimps-show-social-selectivity/

Fermer
Identification

Veuillez saisir votre adresse e-mail ci-dessous:

LoadingVeuillez patienter... Chargement...
Fermer Connexion
Mot de passe oublié

Veuillez entrer l'adresse e-mail associée à votre compte HAPPYneuron.
Les instructions pour réinitialiser le mot de passe seront transmises à cette adresse e-mail.

LoadingEnregistrement des données...
Fermer
Connexion

Il semblerait que vous ayez égaré votre mot de passe, que souhaitez-vous faire ?

Fermer
Inscription gratuite

Découvrez la méthode HAPPYneuron pendant 7 jours, gratuitement et sans engagement.

*
*
*
*
*
*

Saisissez les caractères situés dans l'image ci-dessous

Reload security image
Captcha image
En cliquant sur le bouton ci-dessus, vous acceptez les Conditions d'utilisation.
* Champ obligatoire
Conditions d'utilisation
Fermer
Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement deux fois par mois les découvertes les plus intéressantes sur le cerveau et nos offres spéciales.