Actualité scientifique

Les cerveaux d’un bébé et d’un adulte peuvent-ils se synchroniser ?

Dans un précédent article (tenir la main d’une personne qui souffre), nous avions relaté le fait qu’une certaine synchronicité des ondes cérébrales entre deux individus pouvait être effective du simple fait que ceux-ci soient en présence l’un de l’autre, avec ou sans contact. Cette nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Princeton (Etats-Unis) tend à démontrer qu’un adulte et un bébé pourraient eux aussi être sur la même longueur d’ondes …

Comme le rappellent les auteurs de la présente recherche, la ...

Les mémoires exceptionnelles (partie 2) : Veniamin

Le Billet du Neurologue, Dr Bernard CROISILE

Dans son livre « Une prodigieuse mémoire », Alexandre Luria (1902-1977) raconte l’histoire d’un homme doté d’une… prodigieuse mémoire. Solomon Veniaminovitch Cherechevski (surnommé Veniamin) (1886-1958) se rappelle tous les détails de son passé et retient tout ce qu’il mémorise. Sa mémoire en était devenue… monstrueuse !

« Mais pourquoi ne prenez-vous pas de notes ? »
Lors des réunions de rédaction, ce journaliste ne prenait jamais de notes, n’utilisait aucun agenda, se rappelait sans difficulté les rendez-vous de son emploi du temps et même ceux de ses collègues. ...

Fake news : la désinformation peut-elle venir en partie de nous-même ?

Les études sur la désinformation commencent à se multiplier, notamment sur les mécanismes de la pensée qui expliquent que nous pouvons tous potentiellement être victimes d’une fausse nouvelle (fake news). Une récente recherche tend à montrer que, outre les sources extérieures (médias partisans, par exemple), une source plus surprenante peut contribuer à la désinformation : nous-même. En fonction de nos préjugés, notre mémoire peut nous jouer de vilains tours…

Jason C. Coronel (professeur de communication à l’Ohio State University - Etats-Unis), Shannon Poulsen et Matthew Sweitzer (tous deux doctorants dans le même établissement) ont mené une double ...

Un chien pour motiver les enfants à lire ?

« Notre étude visait à déterminer si un enfant serait motivé à lire plus longtemps et à persévérer dans les passages difficiles si un chien était à ses côtés ». Cette étonnante piste de recherche de deux universitaires canadiennes a donné lieu à un article paru dans Anthrozoös, une revue multidisciplinaire des interactions entre l’homme et l’animal. L’occasion pour nous d’en apprendre davantage sur l’impact des chiens dit de thérapie. Et s’ils pouvaient motiver les enfants à lire ?

Camille Xinmei Rousseau (doctorante à l’Université British Columbia Okanagan, Canada) et Christine Yvette Tardif-Williams (Professeure à l’Université de ...

Les mémoires exceptionnelles (partie 1) : les champions.

Le Billet du Neurologue, Dr Bernard CROISILE

La mémoire intéresse tout le monde, les oublis inquiètent et les grandes mémoires font fantasmer. Mon propos d’aujourd’hui initie une série de billets consacrés aux mémoires exceptionnelles, d’individus célèbres ou non, mais dont les extraordinaires mémoires impressionnèrent leur entourage ou leurs contemporains.

Ceux qui apprennent facilement : les hypermnésiques
Le terme d’hypermnésie qualifie deux situations dont la plus courante est l’hyperthymésie. Rarissime, je ne l’ai rencontrée qu’une seule fois, chez une patiente qui, paradoxalement, en souffrait beaucoup. ...

Les jeux de société peuvent-ils préserver les fonctions cognitives ?

Autant les études sur les effets (positifs ou négatifs) des jeux vidéo sur le cerveau sont légion, autant celles qui s’intéressent aux jeux de société, et à leurs possibles bénéfices sur la cognition, le sont nettement moins. Or des chercheurs de l’Université d’Edimbourg, au Royaume-Uni, suggèrent que jouer aux cartes, aux échecs ou encore au bingo pourraient aider au maintien des capacités cognitives. Résumé de cette recherche réalisée avec des participants qui avaient 11 ans au début de l’expérience et qui en ont maintenant 79 !

Parmi les pistes d’interventions qui pourraient favoriser un « vieillissement cognitif réussi », il a déjà été ...

Neuroplasticité : jouer de la batterie modifie-t-il le cerveau ?

Avez-vous déjà essayé de marquer un rythme avec votre main droite et un rythme différent avec votre main gauche ? Très peu de personnes sont capables d’effectuer cette tâche complexe. En général, nous avons une main dite dominante pour la motricité fine (écrire, par exemple), avec une préférence entre la main gauche et la main droite. Une récente recherche s’est penchée sur les possibilités de modifier cette dominance. Les scientifiques ont alors décidé de s’intéresser au cerveau des batteurs, qui peuvent jouer simultanément deux rythmes distincts.

En préambule de leur étude, les auteurs indiquent que depuis 5000 ans, un ratio de 90% de droitiers à 10% ...

Le sport : point trop n’en faut !

Le Billet du Neurologue - Dr Bernard CROISILE

« Le seul sport que j’ai jamais pratiqué, c’est la marche à pied, quand je suivais les enterrements de mes amis sportifs » disait George Bernard Shaw. Confirmant que l’activité physique (marcher) valait mieux que le sport (pratique intensive à la recherche de la performance). Une fois de plus, je vais souligner avec une partialité non dissimulée que l’excès de sport… est excessif !

Prenez garde à la bigorexie !
Ce terme ne qualifie pas les grenouilles de bénitier, mais l’addiction au sport. Dans le numéro d’octobre de Cerveau & Psycho, Grégory Michel rapporte ...

Un permis de conduire pour les rats ?

Vous imaginez un rat au volant d’une petite voiture ? C’est la curieuse expérience que la neuroscientifique K.G. Lambert, avec ses collègues de l’Université de Richmond (Virginie, Etats-Unis) ont décidé de mener. Au premier abord fantaisiste, cette recherche avait pour but de démontrer, chez ces rongeurs, une neuroplasticité, c’est-à-dire la capacité du cerveau à s’adapter et à apprendre de nouvelles tâches, bien plus importante que celle présumée jusqu’à présent.

Bien qu’elles apportent des informations intéressantes, les tâches comportementales couramment utilisées pour évaluer les processus cognitifs sont simples et ne reflèteraient pas le ...

Un cadeau joliment emballé est-il plus apprécié ?

Bientôt l’heure des cadeaux avec les fêtes de fin d’année… Une récente recherche vient de s’intéresser à un facteur souvent négligé mais qui peut influencer le degré de satisfaction de celui à qui l’on offre un présent : il s’agit de son emballage. Les données de cette étude, publiée dans la revue Consumer Psychology, pourraient vous être très prochainement utiles, puisqu’elles exposent les effets d’un emballage superbement confectionné ou, au contraire, très mal réalisé, sur la perception du cadeau qu’il renferme…

Selon Jessica M. Rixom, co-auteure de la présente étude et Professeure de marketing à l’Université du Nevada (à ...

Fermer
Identification

Veuillez saisir votre adresse e-mail ci-dessous:

LoadingVeuillez patienter... Chargement...
Fermer Connexion
Mot de passe oublié

Veuillez entrer l'adresse e-mail associée à votre compte HAPPYneuron.
Les instructions pour réinitialiser le mot de passe seront transmises à cette adresse e-mail.

LoadingEnregistrement des données...
Fermer
Connexion

Il semblerait que vous ayez égaré votre mot de passe, que souhaitez-vous faire ?

Fermer
Inscription gratuite

Découvrez la méthode HAPPYneuron pendant 7 jours, gratuitement et sans engagement.

*
*
*
*
*
*
En cliquant sur le bouton ci-dessus, vous acceptez les Conditions d'utilisation.
* Champ obligatoire
Conditions d'utilisation
Fermer
Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez gratuitement deux fois par mois les découvertes les plus intéressantes sur le cerveau et nos offres spéciales.